dimanche 31 août 2008

Barres tendres courgettes cacao

Pour célébrer la rentrée, une barre tendre très pratique, et surtout très énergétique, contenant une bonne dose de cacao. Mais pas n'importe quel cacao... du cacao cru! Évidemment, on peut utiliser le cacao régulier (qui a été torréfié), mais pour les maniaques du chocolat, le cacao cru vaut le détour. Je dis bien détour, parce que vous ne le retrouverez pas sagement installé sur les tablettes du supermarché... Il faut aller le chercher dans son habitat naturel: la boutique spécialisée en alimentation vivante (dans les grandes villes ou sur Internet).

Le cacao cru se présente sous forme de poudre, d'éclats ou de fève entière et la saveur varie selon sa provenance et son taux de fermentation. Il semblerait que plus il est fermenté, plus son goût devient riche et chocolaté. À l'inverse, s'il n'est pas fermenté, son goût serait plus subtil, un soupçon poivré, délicieux tant dans les plats salés que sucrés... mais ce n'est pas moi qui le dit, c'est Miss Green Ouitche. Je me fie à sa parole, personnellement je n'ai goûté qu'à un cacao fermenté à 70%... mais j'ai bien hâte d'en essayer un non fermenté.

Après avoir été longuement considéré comme une friandise néfaste pour la santé (à cause de tout le sucre et les gras saturés qu'on lui ajoute pour en faire un chocolat économique), la "nourriture des dieux" des Mayas a enfin retrouvé ses lettres de noblesse. Le cacao est un des aliments les plus riches en antioxydants et les études prouvent qu'il diminue significativement les risques de plusieurs maladies cardiovasculaires. C'est aussi une source importante de plusieurs sels minéraux. Voir ici pour plus de détails sur les qualités nutritionnelles de cacao et du chocolat.

Alors sans plus tarder, voici la recette miracle qui permettra de passer quelques courgettes en trop, fera une collation pratique et rapide idéale pour la rentrée et chassera le "blues" automnal:

Barres tendres à la courgette et au cacao
(18 barres)
  • 2 tasses (500 ml) de courgettes râpées
  • 1 tasse (125 ml) de noisettes (ou amandes) trempées une nuit
  • 3/4 de tasse (190 ml) de noix de coco séchée
  • 1/3 de tasse (85 ml) de poudre de cacao (cru si possible!)
  • 1/3 de tasse (85 ml) d'éclats de fève de cacao (optionnel)
  • 1/4 de tasse (65 ml) de nectar d'agave
  • 1/2 tasse (125 ml) de dattes tendres style medjool
  • 1/4 de tasse (65 ml) de graines de chia (ou graines de lin)
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de cannelle
  • pincée de muscade
  • pincée de sel
  • pour un effet "coup de fouet" plus marqué, on peut ajouter 1 cuillerée à thé (5 ml) de poudre de maca et une bonne pincée de cayenne

Commencer par râper les courgettes et les saupoudrer d'une pincée de sel pour qu'elles dégorgent un peu.

Bien rincer les noisettes trempées une nuit et les mettre dans un robot mélangeur avec les dattes (trempées si elles sont trop sèches), l'agave, la poudre de cacao, la cannelle et la muscade. Faire tourner quelques coups à "pulse" pour bien mélanger, mais garder une texture granuleuse. On ne veut pas une pâte lisse. Laisser dans le robot.

Mettre les courgettes râpées dans une passoire pour enlever l'excédant d'eau. Pas besoin de tordre, c'est seulement pour raccourcir un peu le temps de déshydratation.

Ajouter les courgettes dans le robot (où il y a encore le mélange noisettes, dattes, etc.) et faire seulement 2 ou 3 petits coups de "pulse". On garde un peu la texture de la courgette râpée.

Transférer dans un bol et ajouter les éclats de cacao, la noix de coco et les graines de chia et finir de mélanger à la cuiller (ou à la main, encore mieux!).

On peut goûter et ajouter du cacao, du nectar d'agave ou des épices au goût.

Étendre sur un "paraflexx" ou un papier parchemin sur un plateau de déshydrateur ou une plaque à biscuit si on les fait au four. Moi, ça me donne 1 plateau excalibur, entre 0,5 et 1 cm d'épaisseur. Déshydrater (à 115) environ 4 heures avant de tourner, d'enlever le paraflexx et de tailler en barres. Remettre au déshydrateur environ 8 heures (une nuit pour moi). J'aime les garder assez tendres, mais on pourrait continuer la déshydratation plus longtemps pour que les barres soient croquantes.

mardi 12 août 2008

Tomate et mangue au curry pour oublier la pluie

Mangue, tomates fraîches du jardin, curry et basilic... un mariage heureux qui permet d'oublier la pluie quelques instants. La recette originale se retrouve chez Diane et Nono. Une belle découverte, une recette que je vais faire et refaire pendant toute la saison des tomates... qu'il pleuve ou fasse soleil!

Tomate et mangue au curry
(1 ou 2 portions, selon les appétits)
  • 2 tomates
  • 1 mangue
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de citron
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de jus d'orange
  • 1 cuillerée à table (15 ml) d'huile d'olive
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de poudre de curry ( au goût)
  • poivre fraîchement moulu
  • 1 pincée de sel
  • 5 feuilles de basilic finement ciselées (pour la garniture)
  • pétales de souci ( tout à fait optionnel, mais très joli en garniture)

Faire la vinaigrette en mélangeant jus de citron et d'orange, huile d'olive, curry, sel et poivre. Verser sur la mangue et les tomates tranchées dans une grande assiette. Garnir de basilic haché et de pétales de souci (si vous avez la chance d'en avoir). Déguster en imaginant qu'il fait soleil.

vendredi 8 août 2008

Deux pesto pour une courgette

Voici une façon intéressante de servir les courgettes, surtout pour les jardiniers novices et enthousiastes comme moi qui se sont un peu laissé emporté ce printemps lors des semis et qui se retrouvent avec des dizaines de courgettes prêtes en même temps. Intéressante aussi pour ceux qui évitent les pâtes, soit pour limiter les glucides, soit à cause d'une intolérance au gluten. Et finalement, intéressante pour les crudivores, qui ont envie de retrouver la saveur et la texture des pâtes al dente au pesto tout en restant crus.

Évidemment, ces pesto seraient délicieux servis sur des pâtes... mais pourquoi ne pas laisser la chance aux courgettes?

Pesto coriandre et noix de cajou
  • ¼ de tasse (60 ml) de feuilles de coriandre bien tassées
  • ¼ de tasse (60 ml) de noix de cajou crues
  • 2 cuillerées à table (30 ml) d'huile d'olive
  • sel

Pesto basilic citronné

  • 1 tasse (250 ml) de feuilles de basilic bien tassées
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de pignons
  • 1 petite gousse d'ail
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de jus de citron
  • ¼ de cuillerée à thé (1,2 ml) de zeste de citron
  • ¼ de tasse (60 ml) d'huile d'olive
  • généreuse pincée de sel

Préparation des courgettes:
On peut tailler les courgettes avec un économe pour obtenir des rubans de type tagliatelles ou à la mandoline (avec la lame à julienne) pour obtenir des courgettes au « look » de spaghettis. On peut servir aussitôt les courgettes napées de pesto mais elles seront plus croquantes. Je préfère les saler légèrement et les laisser dégorger environ 30 minutes à la température de la pièce et ensuite les égoutter dans une passoire. Elles sont encore légèrement croquantes, mais plus souples, comme si elles avaient été blanchies. Les courgettes ainsi préparées sont délicieuses avec n'importe quelle sauce qu'on servirait avec des pâtes. Elles sont bonnes aussi en salade, en antipasto, etc.

Préparation du pesto:
J'utilise la méthode facile: tous les ingrédients dans le robot mélangeur et faire tourner par accoups pour garder un peu de texture. Goûter pour ajuster le sel... comme il n'y a pas de parmesan, il faut y aller assez généreusement.

mardi 5 août 2008

Salade de patate douce, sauce cajou-curry

Une belle salade très fortement inspirée de la Salade de patate douce et carotte aux deux fruits, sauce cajou-curry trouvée chez La Belle au Blé Dormant. J'ai fait quelques modifications parce que je n'avais pas tous les ingrédients sous la main, mais je suis restée aussi près que possible de la recette originale pour la sauce et j'ai bien fait. Crémeuse, sucrée et légèrement épicée, cette vinaigrette est un délice! À essayer sur n'importe quelle salade alliant fruits et légumes.

Salade de patate douce, sauce cajou-curry
(2 généreuses portions)

Salade:
  • 1 petite patate douce crue
  • 1/2 pomme rouge
  • une poignée de petits pois fraîchement écossés crus
  • 2 dattes coupées en morceaux

Sauce:

  • 40 grammes de noix de cajou crues
  • jus d'une petite orange
  • pincée de poudre de curry
  • sel et poivre
  • eau au besoin si la sauce est trop épaisse

Garniture:

  • quelques feuilles de coriandre fraîche
  • quelques noix de cajou crues

Pour la salade, éplucher la patate douce et la tailler en rubans à l'aide de l'économe. J'ai préféré rincer les rubans de patate douce pour enlever un peu d'amidon, mais c'est optionnel. Faire de minces tranches de pomme (en laissant la pelure si elle est bio). Répartir les ingrédients de la salade dans les 2 assiettes.

Pour la sauce, moudre les noix de cajou au moulin à café ou au mini-hachoir et transférer dans un bol. Ajouter les autres ingrédients de la sauce, bien mélanger et ajouter un peu d'eau si c'est trop épais. Ajuster les assaisonnement.

Verser la sauce sur les salades et garnir de noix de cajou et de feuilles de coriandre fraîche.

Craque-lin


Un autre classique de la cuisine crue. Un craquelin à la texture légère et croquante et au goût assez neutre. Parfait pour les trempettes ou simplement pour accompagner les salades. Très simple à faire, la technique fait peut-être un peu peur mais il suffit d'oser l'essayer une première fois pour la maîtriser.
Craque-lin
(donne une trentaine de craquelins)
  • ½ tasse (125 ml) de gaines de lin entières (dorées ou brunes)
  • 1 tasse (250 ml) d'eau
  • ½ tasse (125 ml) d'amandes en poudre
  • 2 cuillerée à table de graines de pavot (facultatif)
  • ¼ de cuillerée à thé (1,2 ml) de sel
Laisser tremper les graines de lin dans l'eau 20 minutes. Ne pas égoutter. Ajouter les autres ingrédients. La pâte doit pouvoir s'étendre à la spatule assez facilement, ajouter un peu d'eau au besoin. Étendre cette pâte très mince sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ou sur 2 plateaux de déshydrateur de type Excalibur recouverts d'un Teflex. Donne 2 carrés de 25 cm de côté. Si on fait sécher au four, on règle à température minimale et on laisse la porte entrouverte. Le temps de séchage dépendra de votre four. Au déshydrateur à 105 degrés farenheit, le séchage prend environ 8 heures. À mi-séchage (ou dès que les craquelins sont assez fermes pour être manipulés), on tourne les craquelins et on enlève le teflex ou le papier parchemin pour permettre au dessous de bien sécher. On peut tailler les craquelins à cette étape, ou les laisser sécher complètement pour ensuite les casser en gros morceaux pour un « look » plus rustique. Remettre ensuite à déshydrater les craquelins taillés ou non. Les craquelins sont prêts lorsqu'ils sont bien secs et friables. Conserver dans une boîte hermétique pour qu'ils gardent leur croquant.