mercredi 25 février 2009

Tartare d'algues à saveur asiatique

Ou si vous préférez la version longue du titre: tartare d'algues asiatisant sur carpaccio d'oranges et sa dentelle de graines de lin à la lime. Whoa! avec un titre comme ça, on pourrait presque croire que c'est compliqué ou long à faire, mais honnêtement, ça m'a pris plus de temps trouver le nom de la recette que de la faire.
J'ai bien aimé la fraîcheur des oranges et le croquant des graines de lin qui contrastent agréablement avec la saveur marine plus lourde. Les algues sont exceptionnellement riches en vitamines, oligo-éléments et minéraux, une bonne raison de les inclure de temps en temps dans notre alimentation. Plus d'informations sur les algues ICI.
Voici donc un tartare qui pourrait aussi se servir comme un pâté, en entrée avec des craquelins ou comme assaisonnement dans un plat de riz ou une salade.

Tartare d'algues à saveur asiatique
(donne environ 60 ml de tartare)
  • 1/4 de tasse (60 ml) d'algues aramé séchées réhydratées
  • 1 feuille d'algue nori émiettée (optionnel, c'était pour retrouver la saveur caractéristique des makis)
  • 1 cuillerée à table (15 ml) de jus de lime
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de beurre de sésame non grillé (ou tahini)
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) d'huile de sésame non grillé (l'huile de sésame grillé a une saveur beaucoup plus prononcé, il faudra en mettre moins)
  • 1/2 cuillerée à thé (2,5 ml) de tamari
  • une mince tranche de gingembre frais, hachée finement
  • une pincée de zeste d'orange bio
  • un peu de wasabi (ou sambal oelek, pour mettre du piquant)

Réhydrater les algues aramé au moins 15 minutes dans de l'eau fraîche. Pour que le goût des algues soit moins fort, je change l'eau une fois ou deux pendant le trempage.

Pendant que les algues trempent, préparer la marinade avec le reste des ingrédients, sauf la feuille de nori.

Rincer et bien égoutter les algues aramé avant de les hacher au couteau. Ajouter l'algue nori émiettée et la marinade et bien mélanger. Goûter pour rectifier l'assaisonnement.

Servir avec des craquelins sur de minces tranches d'oranges pelées à vif. On peut décorer de quelques graines de sésame ou de quelques tranches d'oignons verts.

Dentelles aux graines de lin et à la lime (donne environ 8 grands craquelins)

  • 2 cuillerées à table (30 ml) de graines de lin blondes non moulues (les brunes fonctionnent aussi)
  • 4 cuillerées à table (60 ml) d'eau tiède
  • 1 cuillerée à thé (5 ml) de jus de lime
  • une pincée de sel

Mélanger tous les ingrédients et laisser reposer environ 15 minutes pour que toute l'eau soit absorbée par les graines de lin. On obtiendra une texture de pâte à crêpes épaisse.

Ces tuiles se font aussi bien au four à feu doux qu'au déshydrateur. Si on utilise le four, recouvrir une plaque d'un papier parchemin. Si on fait les tuiles au déshydrateur, utiliser un plateau recouvert d'un paraflex.

Pour faire les tuiles, mettre une cuillerée de préparation aux graines de lin sur le papier sulfurisé et l'étendre avec le dos de la cuillère.

Lorsque toutes les tuiles sont faites, enfourner à température minimale ou mettre au déshydrateur à 115 degrés.

Au four, même à température minimale, la cuisson sera rapide. Moins de 30 minutes dans mon four et c'était prêt. J'ai remarqué que c'est plus facile de décoller les dentelles avant qu'elles ne soient complètement sèches et de les remettre au four éteint ensuite pour terminer le séchage.

Au déshydrateur, le temps de séchage varie selon l'épaisseur des dentelles. Au bout de 3 heures, on devrait pouvoir décoller les tuiles du paraflex et les remettre directement sur la grille pour terminer le séchage.

La marche à suivre paraît un peu longue, mais c'est très simple à réaliser. Ces craquelins sont très croquants et légers, mais ils ont avantage à être mangés la première journée sinon ils perdent un peu de leur croquant.

jeudi 19 février 2009

Tartinade choco-noisette

Une délicieuse gâterie qui fait trois en un:
  1. à température de la pièce c'est une pâte à tartiner délicieuse.
  2. au frigo elle devient assez ferme pour façonner comme des truffes. On enfouit une noisette au centre et on roule dans le cacao, miam!
  3. allongée avec un peu de lait végétal, c'est une sauce ou une trempette au chocolat décadente parfaite pour les fruits!
Cette tartinade est très fortement inspirée de celle qui se retrouve dans Laits et yaourts végétaux faits maison, un livre très beau et très utile écrit par Anne de blogbio. Vous remarquerez qu'il y a très peu de sucre et d'huile ajoutés, et pourtant c'est c'est un pur délice, incomparable à ce qui se trouve sur le marché!
Voici donc ma version "crudifiée" de la pâte à tartiner au chocolat et aux noisettes:
Tarinade choco-noisette (donne un petit pot de 125 ml)
  • 1/2 tasse (125 ml) de noisette crues
  • 1-2 cuillerées à table (15-30 ml) de sirop d'érable (Anne utilise du sucre brut de canne)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de cacao cru (très bon avec le cacao régulier aussi)
  • au besoin, un peu d'huile à saveur assez neutre
  • pincée de sel
Passez les noisettes, le cacao et la pincée de sel au robot culinaire avec la lame en "s" jusqu'à ce que les noisettes soient en poudre. Ajouter le sirop d'érable (ou le sucre) et juste assez d'huile pour obtenir une pâte qui se tartinera facilement. Laisser tourner le robot encore un peu et mettre en pot. Ne pas oublier de lécher la spatule! Se conserve longtemps au frigo... mais se mange rapidement :)

mardi 17 février 2009

Potage de chou-fleur à l'indienne

Le meilleur des deux mondes: la saveur chaude et riche du curry dans un potage sans cuisson prêt en quelques minutes.

Potage de chou-fleur à l'indienne
(donne 2 portions)
  • 1/4 de tasse (60 ml) de patate douce en dés
  • 1 tasse (250 ml) d'eau tiède/chaude
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de beurre de noix de coco (à défaut, remplacer par une 1 cuillerée à table de purée d'amande et un peu de lait de coco)
  • 1 mince tranche d'oignon
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de curcuma
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de cumin
  • 1/4 de cuillerée à thé (1,2 ml) de graines de coriandre moulues
  • une pincée de cannelle
  • 2 cuillerées à thé (10 ml) de miso pâle (en mettre la moitié si c'est un miso très foncé)
  • quelques coups de moulin de poivre noir
  • 1 tasse (250 ml) de chou-fleur en bouquets
  • 1 cuillerée à table de persil frais haché (ou de coriandre fraîche)
  • garnitures au choix: dés de tomates fraîches, raisins secs, noix de cajou, noix de coco, coriandre fraîche ciselée...
Liquéfier tous les ingrédients dans un "blender", sauf le chou-fleur, le persil et les garnitures. Lorsque le mélange est homogène, goûter et ajouter du sel au besoin (mon miso n'étant pas très salé, j'ai eu besoin d'ajouter une bonne pincée de sel).
Ajouter les bouquets de chou-fleur et le persil haché et et faire tourner le "blender" encore quelques secondes pour hacher le chou-fleur, tout en lui laissant un peu de texture.
Servir immédiatement, idéalement dans des bols qui auront été préchauffés au four. Ce potage est à son meilleur lorsqu'il vient d'être fait parce que la saveur soufrée du chou-fleur tend à ressortir avec le temps.
À noter, ce potage est très peu assaisonné pour laisser toute la place à la saveur du chou-fleur. Si on préfère un plat un peu plus épicé, on peu facilement doubler le cumin et le curcuma et ajouter une pincée de cayenne.

vendredi 13 février 2009

Coeurs chocolatés épicés pour la St-Valentin

L'association chocolat-épices n'est plus très originale, mais pour moi, c'est un classique inépuisable... et tout à fait de mise pour la St-Valentin!

Piment d'Espelette, cannelle de Ceylan, curcuma-noix de coco, poivre vert, poivre blanc, poivre du Sichuan, paprika hongrois... L'important est d'avoir des épices fraîches, ensuite, tout est permis! Nous nous sommes amusés à les goûter, les partager, les commenter. C'était particulièrement agréable avec les enfants. J'ai même eu l'occasion d'expérimenter l'effet anesthésiant du poivre du Sichuan - que je ne connaissais pas encore - lorsque j'ai eu le côté droit de la langue complètement engourdi après en avoir croqué un gros grain.

Pour ces sucettes, j'ai utilisé comme base ma recette de "fudge" cru habituelle, qui est fait avec un cacao fermenté non torréfié. À mon goût, ce cacao, qui a une saveur plus subtile que le cacao régulier, se marie parfaitement avec les épices, sans leur faire compétition.

Fudge cru rapide et délicieux
(donne une vingtaine de bouchées)
  • 1 tasse (250 ml) de noix trempées 2-3 heures et bien égouttées
  • 1/2 tasse (125 ml) de noix de coco râpée
  • 3 cuillerées à table (45 ml) d'huile de noix de coco (optionnel, mais donne une texture plus crémeuse)
  • 2 cuillerées à table (30 ml) de cacao (j'utilise du cacao cru)
  • 4 cuillerées à table (60 ml) de sirop d'érable ou de nectar d'agave
Simplement mettre tous les ingrédients dans le robot culinaire avec la lame en "S" et faire tourner par à-coups. On peut garder la texture des noix ou laisser tourner jusqu'à ce que la préparation soit crémeuse. Il ne faut tout de même pas hacher trop longtemps, sinon le "fudge" devient plus pâteux.

On peut étendre le "fudge" dans une assiette huilée et ensuite le tailler au couteau ou à l'emporte-pièce. On peut aussi le rouler en boules comme des truffes ou le laisser figer dans de petits moules bien huilés.

Mettre au frigo (ou au congélateur si on est pressé!) pour que le "fudge" soit bien froid au moment de servir.

Déguster tel quel, ou rouler dans les épices pour une dégustation. Les plus populaires à la maison: le piment d'Espelette, le mélange noix de coco moulue et curcuma, cannelle-cacao, cannelle-gingembre-cacao et le poivre blanc.

dimanche 8 février 2009

Chips de patates douces

Quelqu'un veut des chips? Elles sont bonnes, fraîchement faites, encore tièdes, croustillantes à souhait, légèrement salées et... oui, un peu huileuses, ce sont des chips après tout! Mais pas de gras trans, saturés, hydrogénés et autres cochonneries des chips du commerce. Seulement deux bonnes huiles pressées à froid, olive et sésame, un peu de tamari et de la fleur de sel.

Je les ai faites au déshydrateur, mais si vous n'en avez pas, n'hésitez pas à les faire au four à température minimum. Le temps de cuisson varie beaucoup selon le four et l'épaisseur des patates, mais vous pouvez vous attendre à ce que ça prenne entre 1 et 3 heures. Chez Tarzile, vous trouverez la marche à suivre pour faire de superbes chips de betterave séchées au four. La méthode de cuisson est la même pour les patates douces.

Si vous préférez le maïs soufflé, chez Greene Ouitche vous trouverez une recette très originale de popcorn cru.

Chips de patates douces, tamari-sésame
  • 1 patate douce de grosseur moyenne (c'est relatif, mais ça donne une idée)
  • environ 1 cuillerée à table (15 ml) d'huile au goût (j'ai fait un mélange un mélange olive et sésame)
  • environ 1 cuillerée (5 ml) à thé de tamari (ou toute autre sauce de soya naturelle)
  • un peu de fleur de sel ou de gomasio à saupoudrer au moment de servir si on le désire

Éplucher la patate douce (on peut simplement la brosser si elle est bio) et la trancher le plus mince possible à la mandoline. L'économe donne un bon résultat aussi, mais c'est un peu plus long.

Plonger les tranches de patates douces dans un bain d'eau fraîche pour enlever un peu d'amidon. Les égoutter ensuite et les éponger dans un linge à vaisselle pour enlever le plus d'eau possible.

Mettre les tranches de patates douces dans un grand bol avec l'huile et le tamari. Bien mélanger pour enrober les tranches. Il n'est pas nécessaire qu'il y en ait partout, en déshydratant, les saveurs se mélangent.

Disposer les tranches de patates assaisonnées côte à côte sur la grille du déshydrateur et laisser sécher 8-12 heures à 115 degrés Faranheit. Plusieurs facteurs influencent le temps de séchage, alors mieux vaut vérifier des temps en temps.

Si vous faites les chips au four, comptez 1-3 heures de séchage/cuisson à température minimale et tournez à mi-cuisson.

Saupoudrez d'un peu de fleur de sel ou de gomasio au moment se servir.

mardi 3 février 2009

Dattes à la purée d'amandes

Les dattes farcies sont tellement simples à faire, tellement bonnes et tellement... caloriques! Mais comme gâteries occasionnelles, elles sont parfaites. Même si les dates sont très sucrées (et ont un index glycémique haut), il reste que, sur le plan nutritionnel, elles battent à plates coutures les friandises à base de sucre raffiné. Elles sont riches en antioxydants, fibres et minéraux. Si on les associe aux amandes qui sont particulièrement riches en bons gras, minéraux, vitamines et protéines, on obtient de petites bombes énergétiques et nutritionnelles... de quoi tenir chaud par une froide journée d'hiver québécois. Trêve de justifications... place à la gourmandise!

Le principe de base est simple: dénoyauter une datte de type medjool et la farcir de beurre d'amandes (cru de préférence). On peut assaisonner le beurre avec un peu de zeste d'orange, ou bien une pincée de cannelle, de la vanille, ou de l'eau de fleur d'oranger. J'aime aussi rouler les dattes farcies dans de la farine d'avoine (amandes d'avoine passées au moulin à café). L'avoine se marie bien avec les dattes et les rend un peu moins collantes. On pourrait utiliser de la noix de coco ou des amandes moulues. Si on veut, on garnit ensuite d'une noix ou d'une amande. Les dates farcies se conservent très bien au frigo dans un contenant fermé. En cas d'urgence, ouvrir le contenant et engloutir une datte. Répéter au besoin.